Caus’Rues et ApéRues

Les Caus’Rues sont des causeries en espace public, pour tous les publics !

Temps d’échanges, de réflexions et de rencontres, les Caus’Rues ont pris différentes formes : débats publics, conférences gesticulées, témoignages d’artistes, etc…

Co-organisées par les festivals participants, Grand’Rue et le CNAREP Sur le Pont, les Caus’Rues convoquent et questionnent notre bien commun : l’espace public.

Elles sont généralement suivies des ApéRues, l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des membres de Grand’Rue.

Caus’Rues 2022 :

Cette année, c’est le comédien Alec Somoza qui revêtira le costume de coach en gymnastique démocratique pour nous embarquer dans un nouveau format de Caus’Rues, à mi-chemin éducation populaire et théâtre de Rue.

S’appuyant sur les « fondements » des débats mouvants, nous vous proposerons une réflexion sur l’espace public, mise en jeu par des phrases clivantes invitants à prendre position :

« L’espace public n’existe plus ». « La rue est à tout le monde ». « Comme la rue est à personne/tout le monde, on peut y faire ce que l’on veut« . « La rue est un lieu ou l’on peut s’exprimer librement ».

« L’Art est Public ! »

« Amasser une foule dans l’espace public, c’est irresponsable ». « Tout ce qui se passe dans la rue doit être gratuit ». « Un spectacle dans l’espace public se doit d’être politiquement correct ». « Dans la rue, les femmes sont les égales des hommes ». « Les spectacles de Rue, c’est pas du vrai théâtre ». « La rue, c’est dangereux« . « La rue est-elle genrée ? « 

« Espace public : danger ou liberté ?« 

En 2020 et 2021 les années compliquées par l’épidémie ne nous ont pas permis d’organiser de nouvelles Caus’Rues. Mais :

Les Caus’rues 2019, ce fut :

Le tour des arts de la rue en dix rendez-vous
Le tour de la Nouvelle Aquitaine en dix festivals
Dix thématiques illustrant les grands courants disciplinaires représentatifs des arts en espace public
Dix auteurs, dix équipes artistiques pour en débattre
Dix moments conviviaux d’échange avec les spectateurs et les professionnels réunis

Co-élaborés et animés par Floriane Gaber, auteur de 40 ans d’arts de la rue et de Comment ça commença. Les arts de la rue dans le contexte des années 70 (Editions Ici et là, 2009)

Grand’Rue, fédération régionale de Nouvelle-Aquitaine, rassemble des personnes qui s’engagent individuellement et/ou collectivement à réfléchir et agir pour une meilleure reconnaissancedes Arts de la Rue.

Sur le Pont, CNAREP en Nouvelle-Aquitaine, basé à La Rochelle, est un des 13 Centres Nationaux Arts de la Rue et de l’Espace Public existant en France. Missionné et financé par l’État, la Région et la Ville de La Rochelle pour accompagner la création artistique en espace public à travers des accueils en résidences (périodes de répétitions, expérimentations…), il co-produit et soutient à la diffusion ces créations.

19 mai à 11h Fêtes le pont La Rochelle : la déambulation
Auteur : Pascal Larderet
Référence : Turbo Cacahuète, l’aventure scandaleuse, Editions A Rachid, 2005
Artiste : Les Fugaces
Déambuler, s’approprier l’espace, que l’on soit une « grande forme » de rue, un spectacle « d’intervention », une proposition de « dérive » inspirée des situationnistes … Qu’en est-il aujourd’hui ? Où en est la « liberté de circulation » ? (celle des artistes, comme celle des citoyens, d’ici ou d’ailleurs).

4 juillet à 19h Rues et vous – Rions (en collaboration avec Côté Jardin – Podensac): le participatif
Auteur : Ema Drouin
Référence : « La rue, le plus court chemin entre soi et les autres ? » in Le Théâtre de rue. Un théâtre de l’échange, Etudes théâtrales, 41-42/2008
Artiste : L’Homme debout
Je participe, tu participes, il/elle participe : à quoi ? comment ? pourquoi ? Au spectacle ? A la phase préparatoire du spectacle ? Au processus d’appréhension d’un territoire par des artistes, au plus près des habitants ? Si participer = prendre part, contribuer, bénéficier, comment cela se décline-t-il dans les arts de la rue ?

5 juillet à 18h Urbaka – Limoges: le théâtre de rue
Auteur : Jacques Livchine
Référence : Conseils du Théâtre de l’Unité à ne pas suivre, L’Harmattan, 2017
Artiste : compagnie  File en scène
Il y a mille façons d’aborder le « théâtre de rue ». Certains artistes choisissent de s’approprier des textes (dramatiques, mais pas toujours), connus (tantôt plus, tantôt moins), et de les « passer à la moulinette » de la rue, des aléas sonores et climatiques. Pourquoi ? Comment ? Et qu’en advient-il ?


21 juillet à 11h Fête des sottises ! – Salies de Béarn : la fête versus exigence artistique

Auteur : Jean Hurstel
Référence : Une nouvelle utopie culturelle en marche ?Editions de l’Attribut, 2009
Artiste : Les Batteurs de pavés
Fête et festival ont la même étymologie, le même « espace naturel » : la place, la rue, là où bat le cœur de la communauté (fût-ce ponctuellement). Dans un tel contexte de liesse, quelle place peut être réservée à une exigence artistique en connivence avec la créativité et le désir d’expression des citoyens ?

 23 juillet à 11h Mimos – Périgueux : le corps dans l’espace public
Auteur : Thomas Hahn
Référence : « Range ton O’Range » in Cassandre, n°82, 2010
Artiste : Volubilis
Corps poétique ? Corps politique ? La présence d’artistes dans l’espace public n’est jamais anodine. Elle se décline autant en termes d’imaginaire que de risque. Pour qui ? Par qui ? Et pourquoi ?Dans quelle mesure, dans le contexte actuel, peut-on parler de « corps engagé » ?

9 août à 11h Fest’arts – Libourne : le jeune public
Auteur : Sophie Brossard-Lottigier
Référence : « Le jeu, un impératif éducationnel » in La Ville récréative, Infolio, 2015
Artiste : Agence de géographie affective
Les arts de la rue se sont longtemps réjouis d’être « tout public », d’accueillir petits et grands, comme les espaces dans lesquels ils sont présentés. Puis la notion d’« âge minimum requis » est apparue et des créations spécifiques pour les plus jeunes ont vu le jour. Et si la ville, elle aussi, se mettait « à hauteur d’enfant » ?

17 août à 17h30 Musicalarue – Luxey : la musique
Auteur : Michel Risse
Référence : « Un art sonore contextuel » in Filigrane,Musique, esthétique, sciences, société,2011
Artiste : Didier Super et/ou Martintouseul (sous réserve)
La musique et la rue ? C’est une très longue histoire ! Mais quelle(s) musique(s) et quelle(s) rue(s) ? Et si la rue, la ville, la forêt … étaient elles-mêmes « musique » ? La démarche du musicien, dans l’espace public, est-elle seulement d’« ajouter » du/des son(s) ? Ou peut-il révéler ce/ceux qui nous entoure(nt) ? voire « coopérer » avec eux ?

27 août à 12h Olé’rues – Dolus d’Oléron : le cirque en espace public
Auteur : Marion Guyez
Référence : « Le cirque et la rue : amorce d’état des lieux esthétique », Parcours découverte, HorslesMurs, 2014
Artiste : D’irque et Fien
Arts de la rue et cirque contemporains sont nés sur les trottoirs de l’immédiat après 68 : plus besoin d’être « enfant de la balle » pour les pratiquer. Un demi-siècle plus tard, après un développement spectaculaire sous chapiteau et dans les salles, le cirque est plus que jamais présent dans l’espace public : pourquoi ? comment ?

8 septembre à 11h Coup de Chauffe – Cognac : les nouvelles technologies
Auteur :  Anne Cauquelin
Référence :Le Site et le paysage, PUF, 2002
Artiste : Philippe Boisnard
Nombreux sont les artistes de rue qui, ces dernières décennies, se sont emparés des « nouvelles technologies » et les ont intégrées à leurs pratiques. A l’ère de l’hyper-connectivité, comment la perception de l’espace et de la relation à l’autre est-elle transformée par les nouveaux dispositifs high-tech?

5 octobre à 11h30 Les Expressifs – Poitiers : la performance
Auteur : Catherine Aventin
Référence : L’engagement du spectateur de théâtre de rue. Revivre l’espace urbain, in Tangence, n°108, 2015 (Université du Québec à Rimouski, Canada)
Artiste : Théâtre Group’
Si par performance on entend prouesse, son expression dans l’espace public prend de plus en plus la figure des sports urbains, parkour en tête. Mais il est d’autres manières d’aborder le dépassement de soi et de nombreux artistes inscrivent leurs créations dans l’espace public pour y parvenir.

A très bientôt !